.
-

Aspasius

Aspasius est un philosophe péripatéticien du Ier siècle ap. J.-C., auteur de nombreux commentaires sur les ouvrages de Platon et d'Aristote ; nous avons encore de lui un fragment considérable de commentaires sur l'Ethique à Nicomaque.
Aspasius de Byblos est un rhéteur du IIe siècle ap. J.- C., contemporain d'Aelius Aristide. On cite parmi ses ouvrages un discours, probablement un panégyrique à l'imitation d'Isocrate, sur Byblos, et un éloge de l'empereur Hadrien.
Aspasius de Tyr est un Sophiste et historien, nommé par Suidas, mais dont on ignore l'époque. Outre une rhétorique en vingt livres, on lui attribue une Histoire mêlée du continent et des événements dont il a été le théâtre. La bizarrerie de ce titre a fait supposer qu'il s'agit d'une histoire de Tyr  et que cet Aspasius ne fait qu'un avec celui de Byblos.
Aspasius de Ravenne est un Sophiste contemporain des Philostrate. Il était de Ravenne, et vivait dans au Ve siècle. Il reçut de Démétrianus, son père, habile rhéteur, les premières leçons de l'art oratoire; et il fréquenta ensuite les écoles de Pausanias et d'Hippodrome. 

Sans affecter un respect superstitieux pour les Anciens, il sut se préserver des défauts de la plupart des Sophistes de son temps, et se lit un style à la fois simple et élégant. Il acquit aussi par le travail le talent d'improviser, que la nature lui avait refusé. 

L'empereur Alexandre Sévère l'ayant choisi pour son secrétaire, il accompagna ce prince dans ses expéditions tant en Orient que dans l'Illyrie. Il avait déjà visité ou depuis il visita d'autres contrées, cherchant partout l'occasion d'accroître ses connaissances. 

Aspasius enseigna longtemps la rhétorique à Rome. Tant qu'il fut, dans la vigueur de l'âge, on n'eut que des éloges à lui donner : mais en vieillissant il devint opiniâtre, et dans ses disputes assez fréquentes il ne voulut céder à personne. Il en eut une très vive avec Philostrate l'ancien; mais on peut conjecturer que par la suite ils se réconcilièrent, puisque Aspasius soumit une de ses improvisations au sophiste de Lemnos, en le priant de la corriger. C'est sans doute ce même Philostrate qui lui avait adressé une lettre sur le style épistolaire, dans laquelle il lui donne de sages conseils sur celui qu'il devait employer en écrivant au nom de l'empereur. 

Dévenu très vieux, il professait encore à Rome dans le temps que Philostrate le jeune recueillait les vies des Sophistes, dont la dernière est celle d'Aspasius. 

Suidas lui a consacré un article en partie tiré de Philostrate. Il y donne les titres de deux de ses harangues contre les Médisants et contre Ariston.

Moréri lui attribue un traité de rhétorique et une histoire de l'Epire en 20 livres; mais ce dernier ouvrage est d'Aspanius de Tyr (V. ci-dessus). Ginnani, dans ses Scrittor. Revennati, I, .60, donne une liste assez étendue des auteurs qui ont parlé du sophiste de Ravenne. (W-s.).

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006 - 2019. - Reproduction interdite.