.
-

Les Antonins

On désigne sous le nom commun d'Antonins une série de sept princes qui se sont succédé è Rome de 96 ap.  J.-C.à 192, et sous lesquels l'Antiquité romaine passe pour avoir connu son âge d'or, et l'humanité son époque la plus heureuse. Ces sept princes sont : Nerva (96-98), Trajan (98-117), Hadrien (117-138), Antonin le Pieux (138-161), Marc-Aurèle (161-180), L. Verus (161-169), Commode (180-192). 

Malgré le nom commun d'Antonins qu'on leur donne à tous, ces empereurs appartiennent tous à des familles différentes, sauf les deux derniers : Marc-Aurèle est le père de Commode mais ils sont liés les uns aux autres par la parenté fictive de l'adoption. On leur a donné le nom de celui qui a été le meilleur d'entre eux, qui a le plus approché de la perfection et qui a donné au monde sa plus grande somme de bonheur, Antonin le Pieux. Comme Antonin était le fils (adoptif) d'Hadrien, le petit-fils (adoptif) de Trajan, et l'arrière-petit-fils (adoptif) de Nerva, on a donné à ses ascendants le nom que lui-même avait illustré; quant à ses descendants adoptifs, Marc-Aurèle, L. Verus et Commode, ils en ont hérité naturellement. 

Dans ce sens, cette expression d'Antonins est moderne; elle est aujourd'hui couramment employée pour désigner la série des empereurs de Nerva à Commode. Mais dans l'Antiquité, ce nom ou plutôt ce surnom d'Antonin a appartenu en propre à Antonin le Pieux, à Marc-Aurèle Antonin, à L. Verus Antonin, à Commode Antonin, à Caracalla Antonin, à Géta Antonin, à Diaduménien Antonin (le fils de Macrin), à Elagabal Antonin, qui fut le dernier à porter ce surnom, si on laisse de côté les deux premiers Gordiens (Gordien I et Gordien II), qui ne firent que passer sur le trône et qui avaient pris ce surnom célèbre.
-

La numismatique antonine

Les collectionneurs de monnaies antiques donnent parfois le nom d'Antonins aux monnaies des six empereurs romains qui ont porté le nom d'Antonin, c.-à-d. Antonin le Pieux, Marc-Aurèle, Commode, Caracalla, Diaduménion et Elagabal; on y ajoute aussi, d'après Capitolin L. Verus et Geta pour faire huit Antonins en parallèle avec les huit Augustes. Mais ce nom d'Antonin donné aux monnaies et cet arrangement factice n'ont rien de scientifique (E. B.).

Le nom d'Antonin, illustré par Antonin le Pieux et par Marc-Aurèle, a donc appartenu à des princes qui n'y avaient aucun droit, puisqu'ils n'étaient pas les parents adoptifs d'Antonin le Pieux, ou qui en étaient tout à fait indignes par leur tyrannie. Un poète de l'Antiquité avait raconté dans ses vers l'histoire de ce surnom qui avait commencé avec Antonin le Pieux pour se terminer dans la dernière des hontes; Marc-Aurèle était le seul à avoir ajouté à sa sainteté; Verus, Commode surtout, avaient déshonoré et souillé ce nom respecté. Que dire de Caracalla? Que dire enfin d'Elagabal, le plus infâme des débauchés? (Capitolin, Macrinus, 3 et 7.).

Le siècle des Antonins
On a donné le nom de siècle des Antonins dans l'histoire littéraire au IIe siècle de l'ère chrétienne, qui fut signalé par un grand mouvement intellectuel, et comme par le réveil de l'esprit grec, assoupi depuis une centaine d'années. Mais la prose seule profita de cette renaissance; les poètes restèrent ce qu'ils étaient depuis le IIe siècle av. J.-C., de pâles et stériles imitateurs des génies anciens. C'est aussi l'époque où les chrétiens grecs commencent à discuter les systèmes philosophiques, cosmogoniques et religieux de la Grèce, soit pour en montrer la vanité, soit pour fondre ce qu'ils avaient de sensé avec la doctrine de la religion révélée. La littérature latine fut étrangère à ce mouvement; car Tacite, Pline le Jeune et Juvénal appartiennent plutôt au siècle antérieur, et après eux la littérature latine n'est plus qu'une ombre d'elle-même, tandis que la littérature grecque devait encore jeter de l'éclat jusque vers le milieu du Ve siècle. (P. / G. L. G.).

Les principaux écrivains de cette époque sont : 

Parmi les Grecs : Dion Chrysostome, Plutarque, Arrien, Lucien, Appollonius Dyscole, Aelius-Aristide, Appien, Hérode Atticus, Maxime de Tyr, Marc-Aurèle, Hermogène, Pausanias, Polyen, Dion Cassius, Ptolémée, Galien, Oppien, Antonius Polémon, Sextus Empiricus, Justin le Martyr, Athénagore d'Athènes, Tatien de Syrie, Irénée, Clément d'Alexandrie;

Chez les Latins : Tacite, Pline le Jeune, Juvénal, Suétone, Fronton, Apulée, Aulu-Gelle, Florus, Justin, l'abréviateur de Trogue-Pompée.

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006. - Reproduction interdite.