.
-

Anthemius. Consul en 405 sous l'empereur Arcadius, puis préfet du prétoire d'Orient et patrice. C'était un des premiers personnages de l'empire et, à ce titre, il prit part, en 405, à la translation des reliques du prophète Samuel de Palestine à Constantinople. Saint Jean Chrysostome (Epist. 147), lui a décerné les plus grands éloges. Il montra, en effet, de rares qualités d'homme d'Etat pendant la crise qui suivit, en 408, la mort d'Arcadius; il sut conserver à Théodose Il, qui n'avait que sept ans, l'héritage de son père. Les querelles religieuses furent apaisées, les Huns repoussés, Constantinople entourée de murailles. En 414, il céda à Pulchérie, soeur de l'empereur, la direction du gouvernement impérial ; il mourut dans la retraite.  L'empereur d'Occident Anthemius (ci-dessous) était de  sa famille. (Ch.-V. L.).
Anthemius (Procope). - empereur romain, sans doute le petit-fils d'Anthemius, consul en 405, conseiller et ministre de l'empereur Théodose II (408-414). Léon le Thrace le désigna pour aller régner à Rome, sur l'empire d'Occident (467). Le Suève Ricimer, chef des barbares fédérés, le fit déposer et tuer, bien qu'il fût son beau-père (472).
Anthémius, architecte byzantin né à Tralles, en Lydie, mort à Constantinople en 534. Il reste célèbre par la supériorité avec laquelle il fit l'application des mathématiques à l'architecture, à la mécanique et à l'optique. Appelé à Constantinople par l'empereur Justinien, il y dressa, en collaboration avec Isidore, le plan de l'église Sainte-Sophie, dont il acheva seul la construction après la mort de cet architecte. C'est dans ce monument admirable qu'on voit apparaître, pour la première fois, le dôme, dont l'invention est bien l'oeuvre d'Anthémius et son plus beau, titre de gloire. Quant à ses travaux en mécanique et en optique, ils sont consignés dans un livre, Des engins merveilleux, dont il ne nous reste que des fragments. On y trouve :
1° une expérience sur la force élastique de la vapeur d'eau et le sifflement qu'elle produit en s'échappant par un petit orifice; 

2° l'application de la propriété de la tangente à l'ellipse, par rapport aux rayons vecteurs menés des foyers au point de contact, à la construction d'un réflecteur ellipsoïdal. (P. Tannery).

.


Dictionnaire biographique
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005. - Reproduction interdite.