.
-

Théologie

La théologie (du grec théos, Dieu, et logos, discours, traité) est la  science de Dieu, ou, plus convenablement, la science relative à Dieu et aux choses divines. Les Anciens donnaient le nom de théologiens aux poètes qui vivaient à l'époque de l'école dite École de la vieille théologie, et qui comprenait des personnages peut-être symboliques, tels que Orphée et Musée, jusqu'à Hésiode. La théologie ne devint une science proprement dite qu'à partir d'Aristote, qui en fit une partie de la philosophie. Si Jean Damascène est, parmi les écrivains chrétiens, le premier qui l'ait soumise à l'appareil des règles dialectiques, dans son livre de la Foi orthodoxe. Chez les Romains, on distinguait : la théologie mystique, celle des premiers poètes de la Grèce; la théologie physique, qui s'unissait à la philosophie; la théologie civile, fondée par les législateurs. Avec le christianisme, la théologie prend un autre caractère. 

Au Moyen âge, non seulement elle se confond avec la philosophie, mais elle cherche à l'annuler, sans y réussir entièrement. C'est le règne de la théologie scolastique. Les docteurs de cette époque la traitent avec les procédés de la méthode en usage, et au nom du principe d'autorité. Le nombre des écrits théologiques d'alors est trop grand pour être tous cités; il suffit de rappeler ceux d'Abélard, Sic et non (oui et non), Introduction à la théologie, et Théologie chrétienne de Pierre Lombard, Le Maître des sentences; d'Alexandre de Halès, la Somme théologique; d'Albert le Grand, la Somme de Théologie, et l'Abrégé de Théologie; enfin du plus grand de tous, de St Thomas, la Somme théologique, et la Somme contre les Gentils. Ces grands docteurs eurent des continuateurs, parmi lesquels on remarque : Suarès, Tournély, Gabriel Vasquez, Jean de Salas, Billuart, Collet, dom Liguori, le P. Péronne, etc. 

A mesure que la philosophie prenait une position plus indépendante, la théologie arrivait à se distinguer en deux sortes : la théologie naturelle, qui se base sur des conceptions et sur des principes rationnels (Wolf, Theologia naturalis methodo scientifica pertractata); la théologie révélée, qui se distingue, au point de vue de l'enseignement, en théologie positive ou dogmatique, qui comprend le dogme, et théologie morale, ce qu'il faut pratiquer ( la Théologie dogmatique de Schleiermacher).

A l'étude de la théologie se rattache nécessairement celle de la Bible, la critique sacrée et l'exégèse, ce qui a donné lieu, en Allemagne, a une sorte de théologie rationnelle, qui explique avec une grande liberté les textes sacrés et les monuments sur lesquels repose l'enseignement religieux. (A19).



En bibliothèque - Les traités de théologie les plus suivis en France dans l'enseignement ont été ceux de Mgr Gousset, de Mgr Bouvier, de Bailly, de Carrière. On a aussi sur cette matière un Dictionnaire des sciences théologiques de Richard, 1670; un Dictionnaire théologique de Bergier, 1789, complété par Mgr Donnet; l'Histoire de la Théologie par Noël-Bonav. d'Argonne (jusqu'à St Bernard), Lucques 1785, et par Staüdlin, en allemand, Goettingen, 1810-11; un Dictionnaire encyclopédique de la Théologie catholique, publié par Wetzer et Welte, et trad. de l'allemand par Goschler, 25 vol.

Bernard Quilliet, L'acharnement théologique, Fayard, 2007.
9782213633343
L'humanité ne se nourrit pas que de pain! Les affrontements permanents qu'a connus le monde chrétien depuis quinze siècles au moins (et on trouve quelques signes annonciateurs dans l'Ancien Testament) sur le péché et sur la grâce le montrent surabondamment. Si le Christ est mort sur la Croix pour racheter les péchés du monde, est-ce pour sauver toute l'humanité? Le baptême, qui efface le péché transmis de génération en génération depuis la faute d'Adam, suffit-il pour faire le salut éternel de tous, ou bien Dieu opère-t-il entre les hommes un choix - une "élection" - en vertu de critères qui relèvent de Lui seul? 

A peu près toutes les controverses théologiques qui ont agité le christianisme - occidental et dans une moindre mesure oriental - tournent depuis le IVe siècle autour de ces thématiques. On y trouve des figures illustres comme Augustin d'Hippone, Thomas d'Aquin, Luther, Jansénius, Pascal, mais aussi une foule de controversistes aujourd'hui bien oubliés, mais qui ont alimenté le dossier à leur façon. A lire la synthèse passionnante et vivante de Bernard Quilliet, on se prend à penser que l'Histoire est faite d'événements, de guerres, de conquêtes, mais aussi que les idées également peuvent provoquer le bruit et la fureur. (couv.).

.


Dictionnaire Religions, mythes, symboles
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.