.
-

Héraldique
Les ordres de chevalerie
Principes du blason Ls armoiries Les drapeaux Les ordres de chevalerie
Les premiers croisés arrivant en Palestine y trouvèrent les hospices fondés pour les chrétiens par saint Grégoire le Grand et restaurés par Charlemagne. A la constitution toute monastique de ces établissements, le besoin de défendre les terres conquises et d'assurer aux chrétiens d'Orient une protection efficace substitua rapidement une organisation militaire. Ainsi naquirent les ordres du Saint-Sépulcre, de Saint-Jean de Jérusalem, de Saint-Lazare, du Temple

Affranchis par les papes de toute dépendance, ne reconnaissant d'autre autorité que celle de l'Eglise, ces ordres, où ne sont admis que les premiers de la noblesse, s'élèvent rapidement aux suprêmes degrés de la richesse et de la puissance : leurs grands maîtres sont presque les égaux des souverains. De nationalités différentes, les chevaliers qui, par leurs voeux de pauvreté, de chasteté et d'obéissance, renoncent à tout bien terrestre, à toute attache de famille, abdiquent toute individualité, ne visent pour buts que l'élévation de leur ordre et la plus grande gloire de l'Eglise. En osant faire juger et condamner Jacques de Molay, grand maître des Templiers, Philippe le Bel porta un coup terrible à ces institutions. Beaucoup de ces ordres subsistent encore aujourd'hui, mais dépouillés à la fois de leurs caractères et de leurs formes, qui ne seraient plus en harmonie avec les modes de pensée contemporains; ils ne peuvent être considérés que comme des sociétés à base aristocratique d'un accès plus ou moins difficile.

Dans le but de grouper autour d'eux, en une milice d'élite, les plus puissants, et les plus braves d'entre leurs sujets, ainsi que pour récompenser les services rendus à la personne royale ou au pays, les chefs des différents Etats créèrent des ordres de chevalerie. Les ordres d'Alcantara, d'Avis, de Notre-Dame de Montesa, etc., continuaient en Espagne la croisade contre les musulmans, et ce genre d'institutions dérivé de son premier motif, s'étendait aux autres pays. A une époque où le roi n'était guère que le premier gentilhomme du royaume, il était habile de s'attacher ses vassaux et arrière-vassaux par un serment de fidélité qui les liait plus directement au souverain. 

En France, Jean II fonda en 1351 l'ordre de l'Etoile qui, tombé en désuétude sous Louis XI, fut remplacé par l'ordre de Saint-Michel. Plus tard, Henri III réunit l'ordre de Saint-Michel à celui du Saint-Esprit qu'il venait de fonder, d'où la qualification de chevalier des ordres du roi. L'ordre de Saint-Louis fut le premier ordre conféré à des roturiers; bien qu'il fût destiné à récompenser les services militaires, il était nécessaire, pour y être admis; d'appartenir à la religion catholique. En 1759, Louis XV institua l'ordre du Mérite militaire spécialement, pour les officiers de la religion protestante. Depuis la Révolution, les distinctions honorifiques, sont accessibles à tous et on appelle encore ordres de chevalerie des associations de personnes autorisées à porter certains insignes, nommés décorations. Le but de ces distinctions honorifiques est de récompenser le mérite civil et militaire, les services rendus à l'État, etc.

Principaux ordres de chevalerie.
-

Ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem, plus tard Chevaliers de Rhodes, ensuite Chevaliers de Malte. Établi en Palestine en 1048, il avait pour but de recevoir les pèlerins arrivant à Jérusalem, de pourvoir à leurs besoins et à leur sûreté. Après la prise de Jérusalem par Saladin, en 1188, les hospitaliers s'établirent dans l'île de Rhodes jusqu'en 1522, puis à Malte en 1530.  - Croix d'or à 4 branches émaillées de blanc; ruban noir. Les chevaliers profès portaient, sur le côté gauche, une croix en toile blanche; les grand-croix avaient sur la poitrine une croix blanche figurée sur une pièce d'étoffe de soie, rouge pour le général des galères, violette pour l'évêque et le prieur et noire pour les autres grand-croix. Les armes et la bannière de l'ordre étaient de gueules à la croix d'argent.

Ordre de Saint-Lazare et du Mont-Carmel. On fixe à l'année 1060, ou environ, la fondation de l'ordre de Saint-Lazare. Louis le Jeune ayant, pendant son séjour en Palestine, reconnu les services que cet ordre était appelé à rendre, l'introduisit en France à son retour d'Orient. En 1608, Henri IV l'unit à celui de Notre-Dame du Mont-Carmel, qu'il venait de créer, et qui prit le nom d'ordre royal et militaire de Saint-Lazare de Jérusalem et hospitalier de Notre-Dame du Mont-Carmel. - Croix émaillée de vert à 8 pointes, bordée d'or, anglée de 4 fleurs de lis de même; au centre, Lazare sortant du tombeau. Devise : Atavis et armis. Ruban vert moiré.

Ordre et archiconfrérie royale du Saint-Sépulcre de Jérusalem. Il a été institué, en 1099, par Godefroy de Bouillon, pour desservir l'église du Saint-Sépulcre de Jérusalem. - Croix potencée, émaillée de rouge et cantonnée de 4 croisettes de même. - Ruban noir.

Ordre du Temple ou des Templiers. Le désir de conserver les lieux saints et la nécessité de défendre les pèlerins contre les Turcs, donnèrent lieu, en 1118, à l'établissement des Templiers. Ils se sont signalés par leur bravoure et leur puissance durant les croisades. - Croix rouge élargie aux extrémités et semblable à celle que portaient les croisés français; elle était cousue sur un habit blanc.

Ordre de l'Étoile. Le roi Jean a fondé cet ordre, en 1351, pour le distribuer aux principaux seigneurs de sa cour. - Insignes : Étoile d'or suspendue à un collier de même métal. - Devise: Monstrant regibus astra viam.

Ordre de Saint-Michel. A été fondé, en 1469, par Louis XI en faveur des seigneurs de sa cour qu'il désirait attacher à sa personne. - Croix d'or à
4 branches émaillées de blanc et séparées par une fleur de lis d'or; au centre, l'archange saint Michel terrassant le dragon. - Ruban noir.

Ordre du saint-Esprit. Henri III a institué cet ordre par édit de 1578, en mémoire de son élévation au trône de Pologne et de son avènement à celui de France, qui avaient eu lieu, tous les deux, le jour de la Pentecôte, fête du Saint-Esprit. - Croix d'or à 4 branches émaillées de blanc et de vert, et séparées par une fleur de lis; au centre, un Saint-Esprit sous forme d'une colombe d'argent. - Ruban bleu de ciel.

Ordre militaire de Saint-Louis. Cet ordre a été institué par Louis XIV, en 1693, pour récompenser le mérite des officiers de son armée. - Croix à 4 branches émaillées de blanc, bordées d'or et séparées par une fleur de lis de même; au centre, saint Louis couvert du manteau royal. Légende Ludovicus magnus instituit, 1693. - Ruban ponceau.

Légion d'Honneur. Cet ordre de chevalerie fut créé en 1802 par le général Bonaparte, premier consul de la République française, pour récompenser les Français et les étrangers qui ont rendu à l'État de grands services dans la guerre ou l'ont honoré par leur savoir, leurs talents et leurs vertus. - Croix à 5 branches émaillée de blanc et posée sur une couronne de chêne et de laurier; elle est d'or pour les grands officiers, les commandeurs et les officiers, et d'argent pour les légionnaires; au centre, d'un côté, la tête du fondateur avec la légende Napoléon, empereur des Français; de l'autre, l'aigle impériale tenant la foudre, avec cette devise Honneur et patrie. - Ruban rouge.

Ordre de la Jarretière. Ce fut vers 1350 qu'Édouard III, roi d'Angleterre, fonda cet ordre pour ranimer l'esprit militaire de la noblesse anglaise et se l'attacher davantage; il choisit, dit-on, pour emblème du nouvel ordre, la jarretière de la comtesse de Salisbury qu'il avait ramassée à terre dans un bal. Sauf quelques rares exceptions, cet ordre est réservé à la pairie anglaise. - Insignes : jarretière bleue que les chevaliers portent à la jambe gauche et la reine au bras, et médaillon ovale représentant saint Georges terrassant le démon. Légende : Honni soit qui mal y pense. - Ruban bleu.

Ordre du Bain. A été institué, en 1399, par Henri IV, roi d'Angleterre, et conféré par lui à trente-six écuyers qui avaient pris le bain en sa compagnie après la veillée nocturne qui précéda son sacre. Il est destiné à récompenser le mérite civil et militaire. - Croix d'or à 4 branches émaillées de blanc et séparées par un léopard; au centre, une rose, un chardon et 3 couronnes. Devise : Tria juncta in unum, allusion aux trois couronnes d'Angleterre, d'Écosse et d'Irlande. - Ruban rouge.

Ordre du Chardon ou de Saint-André. Créé, en 1440, par Jacques II, roi d'Écosse, pour récompenser les services de la noblesse de ce pays, il a été reconstitué en 1687 par Jacques II, roi d'Angleterre, en 1703 par la reine Anne, et solennellement confirmé en 1823, par le roi Georges Ier. - Insignes : médaille d'or représentant saint André portant sa croix. Devise : Nemo me impune lacessit. Au revers, le chardon emblématique. - Ruban vert.

Ordre de Saint-Patrick. Georges III, roi d'Angleterre, a créé cet ordre, en 1783, pour récompenser les services rendus à l'Etat par la noblesse d'Irlande. - Insignes : médaille d'or ayant au centre une croix de Saint-André en émail rouge, chargée d'un trèfle en émail vert portant sur chacune de ses feuilles une couronne d'or. Devise : Quis separabit? 1783. - Ruban bleu de ciel.

Ordre de Saint-Michel et saint-Georges. II fut institué, en 1818, par Georges III, roi d'Angleterre, pour récompenser le mérite des administrateurs et habitants de l'île de Malte et des îles Ioniennes. - Croix d'or à 7 branches émaillées de blanc; au centre, saint Georges terrassant le dragon. Devise : Auspicium melioris aevi. -Ruban bleu à 2 lisérés rouges.

Ordre Teutonique. Fondé à Jérusalem, en 1128, pour le soin des malades. Il a existé jusqu'au XIXe siècle en Autriche et en Prusse comme établissement de chevalerie et institution religieuse. - Croix d'or émaillée de noir, à 4 branches. - Ruban noir.

Ordre de Marie-Thérèse. II fut fondé, en 1758,
par Marie-Thérèse, impératrice d'Autriche, dans le but de récompenser le mérite militaire. - Croix en émail blanc bordée d'or; au centre, les armes d'Autriche avec la devise : Fortitudini. - Ruban rouge et blanc.

Ordre de Saint-Etienne. En 1764, la même impératrice a créé cet ordre pour récompenser les services rendus par la noblesse autrichienne à l'Etat et au souverain. - Croix en émail vert bordée d'or; au centre, la croix de Lorraine avec cette devise Publicum meritorum praemium. La croix est surmontée de la couronne de Hongrie et suspendue à un ruban rouge à 2 lisérés verts.

Ordre de la Couronne de fer. Napoléon Ier, en qualité de roi d'Italie, en fut le fondateur en 1805; il le destinait à récompenser les services rendus par les Italiens dans les lettres, les sciences et les arts. Il fait partie des ordres autrichiens depuis 1816. Insignes : l'aigle d'Autriche posée sur la couronne de Lombardie et portant sur la poitrine le chiffre de l'empereur François ler. - Ruban jaune à 2 lisérés bleus.

L'ordre de léopold a pour fondateur, en 1808, François Ier, empereur d'Autriche, qui l'a créé pour récompenser le mérite dans les lettres, les sciences et les arts. - Croix d'or à 4 branches, émaillée de rouge et de blanc et suspendue à la couronne impériale d'Autriche. Devise : Integritati et merito. - Ruban rouge à 2 lisérés bleus.

Ordre de François-Joseph. Il a eu pour fondateur, en 1849, l'empereur Francois-Joseph Ier, qui lui a donné son nom. Il servait de récompense aux services rendus à l'armée, dans l'administration, les lettres, les sciences et les arts. - Croix d'émail ronge à 4 branches, posée sur l'aigle autrichienne et surmontée de la couronne impériale; au centre, les lettres F. J., chiffre du fondateur. - Ruban rouge foncé.

Ordre de Saint-Michel. Fondé, en 1693, par Joseph-Clément de Bavière, électeur de Cologne, dans le but de défendre la patrie, de maintenir et de protéger la religion (catholique). - Croix en émail bleu borée d'or, à 4 branches séparées par des rayons d'or en forme de dards, avec les initiales : P. F. F. P. [Pietas, fidelitas, fortitudo, perseverantia]; au centre, l'archange saint Michel terrassant le démon. - Ruban bleu liséré de rouge.

Ordre de Saint-Hubert. Gérard V, duc de Berg et de Juliers, a créé, en 1444, cet ordre de chevalerie qui a été introduit en Bavière, au XVIIIe siècle, par l'électeur Charles-Théodore. - Croix à 4 branches, émaillée de blanc, mouchetée d'or et cantonnée de 3 rayons d'or; au centre, la vision de saint Hubert. - Ruban rouge liséré de vert.

Ordre de Léopold. Cet ordre a été fondé, en
1832, par Léopold, roi des Belges, pour récompenser les services rendus à la patrie. - Croix d'or à 4 branches, émaillée de blanc et posée sur une couronne de laurier et de chêne; au centre, les armes de la Belgique. Pour les militaires, la croix est surmontée de 2 épées posées en sautoir au-dessous de la couronne royale. - Ruban ponceau.

Ordre de la Croix du Sud. Il fut institué, en 1822, par don Pédro Ier, empereur du Brésil, pour perpétuer le souvenir de son avènement au trône. - Croix d'or à 5 branches, émaillée de blanc, posée sur une couronne de laurier et surmontée de la couronne impériale; au centre, le buste du fondateur avec cette légende : Petrus Brasiliae imperator. - Ruban bleu azur.

Ordre de don Pedro. Cet ordre doit sa création, en 1826, à don Pedro Ier,, empereur du Brésil, il est réservé aux souverains. - Croix d'or émaillée de blanc, à 5 pointes séparées par des rayons d'or, et surmontée de la couronne impériale du Brésil; au centre, l'aigle impériale posée sur une couronne ; légende : P. 1 [Pedro Ier], fundator do imperio do Brazil. - Ruban vert à 2 lisérés blancs.

Ordre de la Rose. Le même empereur a fondé, en 1829, l'ordre de la Rose pour perpétuer le souvenir de son mariage avec la princesse Amélie de Leuchtenberg et récompenser les services civils et militaires. - Croix d'or émaillée de blanc, à 6 branches, posée sur une couronne de roses et surmontée de la couronne impériale; au centre, le chiffre P. A. [Pedro, Amelia]. Devise : Amor e fidelidade. - Ruban rose à 2 lisérés blancs.

Ordre du Danebrog. Le fondateur de cet ordre est Waldemar II, roi du Danemarck, qui l'institua en 1219; il se confèrait pour services éminents et actions d'éclat. - Croix d'or à 4 branches, émaillée de blanc et de rouge, et cantonnée de 4 couronnes royales; au centre, le chiffre du fondateur. Légende : Gud og Konge [Dieu et le roi]. - Ruban blanc à 2 lisérés rouges.

Ordre de l'Éléphant. Cet ordre paraît remonter au XIIe siècle; mais on regarde Christian Ier, roi du Danemark, comme son véritable fondateur, en 1478; il se confère aux souverains et aux personnages du plus haut rang. - Insignes : éléphant d'argent chargé d'une tour ornée de diamants. - Ruban bleu.

Ordre de Calatrava. Fondé, en 1158, par Sanche III, roi de Castille, cet ordre a été impliqué dans les guerres de la Reconquista. - Insignes : médaille d'or losangée chargée d'une croix rouge fleurdelisée et surmontée d'un casque entouré de drapeaux.- Ruban rouge feu.

Ordre de Saint-Jacques de l'Épée. Il fut institué, en 1170, par Ferdinand II, roi de Léon; il se confère au mérite civil en Espagne, en Portugal et au Brésil. - Insignes : croix écarlate en forme d'épée, posée sur un médaillon en émail blanc pour l'Espagne sans médaillon pour le Portugal. - Ruban rouge feu en Espagne, violet en Portugal, violet à 2 lisérés bleu au Brésil.

Ordre d'Alcantara. Fondé, en 1176, par Ferdinand Il, roi de Léon. Un des plus distingués de l'Espagne. - Insignes : médaille d'or losangée, chargée d'une croix verte fleurdelisée. - Ruban vert foncé.

Ordre militaire de Notre-Dame de Montesa. Jaime II, roi d'Aragon, l'institua, en 1317, pour repousser les attaques des Maures. - Insignes : médaille d'or losangée, bordée en émail rouge et chargée au centre d'une croix de même émail. - Ruban rouge feu.

Ordre de la Toison d'or. Cet ordre fut fondé, en 1431, par Philippe le Bon, duc de Bourgogne, à l'occasion de son mariage avec l'infante Isabelle de Portugal. Il lui donna, dit-on, ce nom en souvenir de la blonde chevelure d'une de ses maîtresses. La grande maîtrise de l'ordre est passée dans la maison d'Autriche lors du mariage, en 1477, de Marie de Bourgogne avec l'archiduc Maximilien. En 1556, après l'abdication de Charles-Quint, la branche espagnole de la maison d'Autriche est restée en possession de l'ordre, qui se confère encore dans les deux pays. - Insignes : collier d'or dont les ornements figurent des briquets en forme de B (Bourgogne) et des cailloux d'où jaillissent des flammes, et au bas duquel est suspendue une toison d'or. Le collier peut être remplacé par un ruban en soie rouge.

Ordre de Charles III, ainsi nommé du nom de son fondateur Charles III, roi d'Espagne, qui l'institua, en 1771, pour récompenser le mérite et la vertu. - Croix d'or émaillée de blanc et de bleu, à 4 branches ; au centre la Vierge immaculée. Ruban blanc à bordure bleu de ciel.

Ordre d'Isabelle la Catholique. En 1815, Ferdinand VII, roi d'Espagne, créa cet ordre pour récompenser le zèle montré par ses sujets pour la conservation des Indes occidentales. - Croix d'or à 4 branches, émaillée de pourpre avec rayons d'or entre les branches ; au centre, les colonnes d'Hercule avec un globe surmonté d'une couronne. Légende : A la lealtad acrisolada. - Ruban blanc à 2 lisérés orange.

Ordre d'Isabelle II. A été institué, en 1833, par le même souverain ; il est exclusivement militaire. - Croix d'argent à 4 branches, surmontée d'une couronne fermée; au centre, le chiffre du fondateur. - Ruban bleu.

Ordre de Saint-Grégoire le Grand. Le pape Grégoire XVI, voulant récompenser les services civils et militaires rendus à l'Église, institua cet ordre en 1831. - Croix d'or à 4 branches, émaillée de pourpre, et surmontée d'une couronne de laurier; au centre, le buste de saint Grégoire le Grand. Légende : S. Gregorius Magnus. - Ruban rouge liséré d'orange.

Ordre de Saint-Sylvestre ou de l'Éperon d'or réformé. Il a été créé, en 1841, par le même souverain pontife; il sert à récompenser les vertus et le mérite civil. - Croix d'or à 4 branches, avec un éperon au bas de la branche inférieure; au centre, le buste de saint Sylvestre. Légende : Sanct. Silvester P. M. [pontifex maximus]. - Ruban rouge et noir.

Ordre de Philippe le Magnanime. Louis II, grand-duc de Hesse, voulant récompenser le mérite, le courage et les grandes actions de ses sujets, a créé cet ordre en 1840. - Croix d'or à 4 branches, émaillée de blanc et posée sur deux épées en sautoir; au centre, le buste de Philippe le Magnanime, un des princes les plus illustres de la maison du fondateur. Légende : Si Deus nobiscum, quis contra nos?- Ruban rouge ponceau à 2 lisérés bleu azur.

Ordre militaire de Guillaume. Guillaume Ier, roi des Pays-Bas, a fondé cet ordre, en 1815, pour récompenser les services militaires. - Croix d'or émaillée de blanc à 4 branches séparées par une palme en émail vert et surmontée d'une couronne fermée. Légende : Voor moed , beleid, trouw [Pour la bravoure, le talent, la loyauté]. - Ruban orange à 2 lisérés bleus.

Ordre du Lion nééerlandais. Cet ordre fut fondé, en 1815, par Guillaume Ier, roi des Pays-Bas, dans le but de récompenser le mérite civil. - Croix d'or à 4 branches émaillées de blanc et séparées par un entrelac qui figure un W, chiffre du fondateur, et surmontée de la couronne fermée. Au centre, le lion néerlandais en or; au revers, la devise : Virtus nobilitat. - Ruban bleu à 2 lisérés orange. 

Ordre des saints Maurice et Lazare. Amédée VIII, duc de Savoie, a fondé cet ordre en 1434. Il était destiné à récompenser le mérite civil et militaire. - Croix d'or émaillée de blanc posée sur une étoile en émail vert. - Ruban vert.

Ordre de l'Annonciade. Institué, en 1518, par Charles III, duc de Savoie, qui mit l'ordre sous l'invocation de la Vierge et en orna les insignes d'une Annonciation, d'où il a pris son nom; il se porte suspendu à une chaîne d'or. - Devise F. E. R. T. [Fortitudo ejus Rhodum tenuit], allusion au courage que montra au siège de Rhodes, en 1310, Amédée le Grand, aïeul du fondateur.

Ordre de saint-Janvier. Cet ordre a été institué, en 1738, par Charles IV, roi des Deux-Siciles, pour être donné comme récompense du mérite civil et de la fidélité au roi. - Croix d'or émaillée de blanc et de rouge à 4 branches séparées par une fleur de lis d'or; au centre, le buste de saint Janvier. - Ruban rouge feu.

Ordre d'Avis. Il doit sa fondation à Alphonse Ier, roi du Portugal, qui le créa en 1147; il se confère aux Portugais et aux étrangers pour services rendus au pays. - Croix fleurdelisée en émail rouge. - Ruban vert.

Ordre du Christ. Lorsque l'ordre du Temple eut été supprimé, Denis Ier, roi du Portugal, obtint du pape, en 1319, l'autorisation de conserver cette institution dans ses États sous le nom d'ordre du Christ. Il resta la récompense du mérite civil et militaire. - Croix d'or à 4 branches, émaillées de rouge, et surmontée d'une couronne fermée. - Ruban rouge.

Ordre de l'Aigle rouge. Créé par Chrétien-Ernest, margrave de Brandebourg, en 1660, sous le nom d'ordre de la Concorde, il a reçu son nom actuel en 1705. En 1791, Frédéric-Guillaume II, roi de Prusse, en a fait un ordre prussien; il se confère comme récompense du mérite et des services rendus à l'État. - Croix d'or à 4 branches émaillées de blanc; au centre, l'aigle rouge de Brandebourg. - Ruban blanc à 2 lisérés orange.

Ordre de l'Aigle noir. Frédéric Ier, roi de Prusse, a fondé cet ordre, en 1701, pour récompenser les services éminents rendus au pays par des personnages d'un rang distingué. - Croix d'or émaillée de bleu à 4 branches séparées par une aigle noire couronnée; au centre, le chiffre du fondateur F. R. [Fridericus rex].- Ruban orange.

Ordre de Saint-André. Cet ordre a été institué, en 1698, par le tsar Pierre le Grand pour récompenser les services les plus éclatants. - Croix d'or émaillée de bleu représentant le martyre de saint André; elle est posée sur l'aigle de Russie et surmontée de la couronne impériale. - Ruban bleu de ciel.

Ordre de Sainte-Catherine. Pierre le Grand a fondé cet ordre en 1714; il était réservé aux dames. - Croix à 4 branches enrichies de diamants; au centre, sainte Catherine tenant sa croix. - Ruban rouge ponceau à 2 lisérés argent.

Ordre de saint Alexandre Nevski. Cet ordre a le même fondateur que les deux précédents; il a été institué en 1722, et était réservé aux hauts fonctionnaires de l'État. - Croix d'or émaillée de pourpre, à 4 branches séparées par une aigle à 2 têtes couronnée; au centre, saint Alexandre Nevski, l'un des premiers saints de la Russie. - Ruban rouge feu.

Ordre de Sainte-Anne. Fondé en 1730, cet ordre a été mis au nombre des ordres russes par l'empereur Paul Ier, à son avènement au trône; il servait à récompenser le mérite et les talents. - Croix d'or émaillée de pourpre à 4 branches séparées par un fleuron; au centre, sainte Anne. - Ruban rouge à 2 lisérés jaunes.

Ordre de Saint-Georges. L'impératrice Catherine II a fondé cet ordre en 1769; il ne se confèrait que pour les faits d'armes les plus brillants. - Croix d'or à 4 branches, émaillée de blanc; au centre, saint Georges terrassant le dragon. - Ruban noir et orange.

Ordre des Séraphins. On attribue la fondation de cet ordre à Magnus IV, en 1334; il ne se confère qu'aux Suédois qui ont rang de lieutenants généraux et qui sont membres des ordres de l'Épée et de l'Étoile polaire. - Croix d'or à 4 branches émaillées de blanc et séparées par une tête de séraphin; au centre, le monogramme du Christ cantonné de 3 couronnes. - Ruban bleu azur.

Ordre de l'Épée. Gustave Ier, roi de Suède, a fondé cet ordre en 1523, et Frédéric Ier l'a renouvelé en 1748. - Croix d'or à 4 branches émaillées de blanc réunies par des épées et séparées par une couronne d'or; au centre, épée d'or la pointe en l'air, accompagnée de 3 couronnes aussi d'or. - Ruban, orange à 2 lisérés azur.

Ordre de l'Étoile Polaire. Cet ordre, fort ancien, a été renouvelé en 1748 par Frédéric Ier, roi de Suède, et sert de récompense à ceux qui se sont distingué par leurs vertus, leurs talents et leurs fondations utiles. - Croix d'or émaillée de blanc, à 4 branches séparées par une couronne d'or et
réunies par des épées; au centre, l'étoile Polaire avec cette devise : Nescit occasum. - Ruban noir.

Ordre de Vasa. Il a été institué, en 1772, par Gustave III, roi de Suède, pour encourager l'agriculture, le commerce et l'exploitation des mines. Insignes : médaille ovale; au centre, gerbe d'or avec une légende en suédois portant le nom du fondateur et la date de la fondation. - Ruban vert foncé.

Nichan-Iftikhar. Cette décoration a été créée, en 1831, par le sultan ottoman Mahmoud II, dans le but de récompenser les services rendus à la Turquie par les étrangers. - Insignes : médaillon d'or posé sur une double branche de pierreries ; au centre, le chiffre impérial. - Ruban rouge à 2 lisérés verts.

Medjidié. Cet ordre a été créé, en 1852, par le sultan ottoman Abdul-Medjid, pour récompenser les services civils et militaires rendus à l'État par les sujets turcs et par les étrangers. - Insignes : médaillon d' or entouré de croissants et de rayons en brillants, et chargé, au centre, du chiffre de l'empereur avec cette devise : Zèle, dévouement, fidélité, et surmonté d'un croissant et d'une étoile. - Ruban rouge à 2 lisérés verts.

Ordre du Soleil et du Lion. Feth-Ali, shah de Perse, a créé cet ordre, en 1808, dans le but de récompenser les services importants rendus à ce pays par les étrangers. - Insignes: médaillon d'or représentant le soleil se levant derrière un lion. - Ruban vert.

.


Dictionnaire Religions, mythes, symboles
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2013. - Reproduction interdite.