.
-

Moab
Histoire des Moabites
Le pays de Moab est une ancienne contrée mentionnée dans la Bible. Il se situait à l'Est de la mer Morte, entre le pays des Ammonites (plus tard les tribus de Gad et de Ruben) au Nord et le pays des Edomites au Sud. Haut plateau aride, profondément raviné par les affluents de la mer Morte : le Ouadi Zerqa Main, le Ouadi Môdjib (ancien Arnon), etc. Aujourd'hui les centres habités sont rares. Le principal, El-Kérak, à l'époque ottomane, a été le siège d'un gaïmaquam turc, dont le district de même nom, limité au Nord par le Ouadi Môdjib, correspondait encore à l'ancien pays de Moab au sens étroit de la Bible

La population nomade, Bédouins des tribus des Adouan et des Beni-Sakhr, vit surtout de l'élevage du bétail. Dans l'Antiquité, le pays de Moab était réputé pour ses vignes et ses troupeaux. Outre les ruines très importantes de villes anciennes, on rencontre dans cette région de nomhreux monuments mégalithiques. (R. Dd.).

Histoire des Moabites.
Les Moabites étaient une population de langue sémitique établie anciennement dans la région montagneuse qui s'étend à l'Est de la mer Morte et du cours inférieur du Jourdain

Les auteurs bibliques reconnaissent sa parenté avec les Hébreux en désignant Loth, neveu d'Abraham, comme l'ancêtre commun des Moabites (Moab signifie en hébreu né du père) et des Ammonites. Les Moabites étaient prétendus issus du commerce incestueux de l'aînée des filles de Loth avec son père. 

Dès les débuts de l'histoire d'Israël, il est question de conflits entre Hébreux et Moabites, les premiers cherchant à s'annexer les meilleurs cantons du Galaad, les seconds défendant leur territoire avec acharnement. Leurs deux principales, villes étaient la capitale Rabbat-Moab (Aréopolis, Rabba) et Kir-Moab (Kérak). 

Les textes bibliques racontent encore que des filles moabites, par le conseil de Balaam, entraînèrent les Hébreux dans l'idolâtrie. Eglon, roi des Moabites, imposa aux Hébreux un asservissement qui dura 182 ans. Les Moabites furent soumis à un tribut par David et défaits par Joram, roi d'Israël.

On y a retrouvé, un peu avant 1870, une stèle, où le roi Mésa rapporte ses luttes pour assurer sa frontière contre les Hébreux et les travaux de fortification entrepris pour rendre son territoire inexpugnable. Cette inscription confirme l'extrême parenté des populations sises sur les deux rives du Jourdain, sa langue n'étant autre que de l'hébreu et s'interprétant au moyen de nos dictionnaires usuels; la divinité principale, peut-être unique, s'appelle Kamosh. 

Après des siècles d'hostilités, après avoir été forcés de s'incliner à plusieurs reprises devant la supériorité de leurs voisins, les Moabites assistèrent avec une visible satisfaction à la destruction du royaume de Juda et de sa capitale. Eux-mêmes réussirent à maintenir pendant un certain temps leur individualité, à défaut de leur indépendance.

Les Moabites furent vaincus et emmenés en captivité par Nabuchodonosor. Cyrus les délivra; mais ils demeurèrent ses vassaux et portèrent successivement le joug des rois de Perse, d'Alexandre le Grand, des rois d'Egypte et de Syrie, et enfin des Juifs.

Ils ne disparurent complètement de la scène qu'au IIe siècle de l'ère chrétienne. (M. Vernes).


.


Dictionnaire Religions, mythes, symboles
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2009 - 2014. - Reproduction interdite.