.
-

Méni. -. Dans la Bible, la déesse Méni est la Lune. Jérémie (VII, 18 et XLIV, 17, 18) en parle sous le nom de Reine du ciel, et Isaïe (LXV, 11), sous le nom de Méni. L'un et l'autre montrent que son culte était fort commun dans la Palestine, et que les Hébreux y étaient fort attachés. Méni est apparemment la même qu'Astarté, honorée surtout parmi les Phéniciens et les Carthaginois. C'est des Phéniciens ou Chananéens que les Hébreux avaient pris le culte de cette divinité. Isaïe leur reproche de dresser une table à Gad, qui est le Soleil, et de faire des libations à Méni : 
Qui ponitis Fortunea (Hebr. Gad) mensam, et libatis super eam (l'Hébreu, et libatis Meni)
Jérémie dit que pour honorer la Reine des cieux, les pères allument le feu, les femmes pétrissent des gâteaux, et les enfants amassent le bois pour cuire ces gâteaux, en l'honneur de la Reine du ciel
Filii colligunt ligna, et patres succendunt ignem, et mulieres conspergunt adipein, ut faciant placentas reginae caeli. 
Ailleurs les Hébreux déclarent au même Jérémie que, malgré ses remontrances ils continueront à honorer la Reine du ciel, en lui offrant des oblations, comme ont fait leurs pères; que depuis qu'il ont cessé de sacrifier à la Reine du ciel, ils ont été consumés par l'épée et par la famine. On voit par Strabon (lib. XII), que Men, le mois ou la Lune, avait plusieurs temples consacrés à son honneur dans l'Asie Mineure et dans la Perse, et qu'on jurait souvent par le Men du roi, c'est-à-dire par sa fortune. 
.


Dictionnaire Religions, mythes, symboles
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006. - Reproduction interdite.