.
-

Le Graal

Le Saint Graal ou Gréal, peut-être du vieux français graalz, gréal ou grasal, signifiant un vase en forme de plat. - Ce mot, dont l'étymologie est en fait fort discutée, désigne un plat dans lequel l'agneau-pascal fut placé, au dernier souper que Jésus-Christ fit avec ses disciples (La Cène). Le lendemain, Joseph d'Arimathie (ou d'Arimathée) s'en servit pour recueillir le sang qui dégouttait des plaies de Jésus quand il lava son corps détaché de la croix; puis il le conserva précieusement. On n'en trouve aucune mention spéciale avant la fin du XIIe siècle.  A cette époque, Robert de Boron composa, en vers de huit syllabes, une trilogie, dont la première partie a été publiée par Francisque Michel, sous le titre de Roman du saint Graal (Bordeaux, 1841, in-8) et dans laquelle une légende concernant ce plat est rattachée aux aventures de la Table ronde : porté en Angleterre par, le fils de Joseph d'Arimathie, le saint Graal y était resté caché pendant des siècles; mais enfin un chevalier, nommé Perceval, mérita, par ses vertus, de le retrouver, après de longues épreuves, et d'en être institué le gardien. 

Le roman de Robert de Boron paraît avoir été le thème de tous les développements ultérieurs de la légende du saint Graal; mais bientôt ces développements s'éloignèrent considérablement de la donnée primitive. Chez les poètes allemands, Wolfram d'Eschenbach (1205?-1215 ?), qui en tira deux romans épiques, Parcival et Titurel, et Albert de Scharfenberg, le Graal devint une pierre merveilleuse et sanctifiante, créée par Dieu, dès l'origine du monde. Confiée d'abord aux anges qui étaient restés neutres dans la lutte entre Dieu et Satan, elle avait été ensuite remise à une succession d'hommes divinement élus pour ce ministère. Pour la garder, avait été constitué l'ordre mystérieux des Templeisen, qui menaient une vie surnaturelle dans le temple fortifié de Grâl, sur le Mont Salvage (mons Salvationis).

En 1101, après la prise de Césarée, les Génois obtinrent, dans leur part de butin, un plat en verre, de couleur verte, qu'ils croyaient taillé dans une énorme émeraude. Déposé dans l'église de Saint-Laurent à Gênes, ce plat fut très dévotement honoré sous le nom de Sacro Catino, comme ayant servi au dernier repas de Jésus. On lui attribua de nombreux miracles. Le poète provençal Guyot ou Kyot, qu'on suppose avoir vécu entre 1160 et 1180, fit un poème avec cette légende, qu'il disait avoir puisée dans un manuscrit arabe d'un Maure appelé Flegetanis, et dans une chronique latine de l'Anjou. Après lui, Chrestien de Troyes et d'autres Trouvères étendirent la légende en y rattachant celles du roi Arthur et de la Table ronde : ils confondirent san greal (saint vase) avec sang real (sang royal, sang du Seigneur); ils imaginèrent que Joseph d'Arimathie, devenu apôtre des Celtes, avait recueilli dans le Graal qui avait déjà servi à la Cène, le sang de Jésus crucifié et que, ce vase ayant été perdu après lui, plusieurs chevaliers se mirent à sa recherche. (B. / E.-H Vollet).

.


Dictionnaire Religions, mythes, symboles
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004 - 2006. - Reproduction interdite.